Un Maître Zen vit un scorpion se noyer et décida de le tirer de l’eau.

Lorsqu’il le fit, le scorpion le piqua.

Par l’effet de la douleur, le maître lâcha l’animal qui de nouveau tomba à l’eau

et recommença à se noyer. Le maître tenta de le tirer nouvellement et l’animal le piqua encore.

Un jeune disciple qui était en train d’observer se rapprocha du Maître et lui dit :

« Excusez-moi Maître, mais vous êtes têtu! Ne comprenez vous pas qu’à chaque fois

que vous tenterez de le tirer de l’eau il va vous piquer ? »

Le maître répondit: « La nature du scorpion est de piquer et cela ne va pas

changer la mienne qui est d’aider. »

Alors, à l’aide d’une feuille, le maître tira le scorpion de l’eau et sauva sa vie,

puis s’adressant à son jeune disciple, il continua:

« Ne change pas ta nature si quelqu’un te fait mal, prends juste des précautions.

Les uns poursuivent le bonheur, les autres le créent ».

Quand la vie te présente mille raisons de pleurer, montre-lui que tu as mille raisons

pour sourire. Préoccupe-toi plus de ta conscience que de ta réputation.

Parce que ta conscience est ce que tu es, et ta réputation c’est ce que les autres

pensent de toi… Et ce que les autres pensent de toi… c’est leur problème ! »

Comment avec toutes les influences qui ont créé une partie de nos fonctionnements et comportements, peut-on s’y prendre pour rester nous-mêmes, faire fi du jugement des autres?

C’est je crois vraiment, de prendre conscience que je veux donner l’image de qui je suis en sachant que je ne plairai pas à tous….et d’en prendre la responsabilité; Au fur et à mesure de ces nouveau comportements il n’ y aura plus à en prendre conscience ce sera naturel (notre cerveau aura intégré ce nouveau programme)